La créatrice et son métier

La couture sur mesure à la ville et à la scène

Fée au Château est couturière costumière installée à Versailles. Elle crée et confectionne des vêtements sur mesure pour la femme et l’enfant. Elle habille pour la ville, pour les événements, les cérémonies et aussi pour la scène.

Portrait de la créatrice

Christine Moisan Boutté s’inscrit à la Chambre des Métiers en 2011 et crée la marque Fée au Château.

Autodidacte passionnée, elle a été formée à la couture artisanale aux côtés d’artisans chevronnés. Elle choisit la couture artisanale car aime composer le vêtement avec la personne qui va le porter, s’adapter à son style et créer une pièce qui tombe impeccablement sur sa silhouette.

Fée au Château conçoit des pièces uniques notamment des robes et tenues de mariage, des robes de cocktails, des habits de ville, mais aussi des costumes de scène dont des costumes du 18e siècle qui font partie du patrimoine de la ville royale où elle réside : Versailles.

Quel rôle pour quelle occasion ? Pour Fée au Château, l’habit de ville ou de cérémonie servent ce but commun de la « représentation » et la couture sur mesure permet de répondre au mieux à ce besoin d’identité et de personnalisation.

Son signe distinctif : les applications de fleurs, le travail des volants et les drapés légers. Elle apprécie les matières naturelles, mais aussi les crêpes, les nouvelles matières extensibles et aussi la dentelle.

Fée au Château est adhérente à l’Office de Tourisme de Versailles, membre de l’U.V.C.I.A., (Union Versaillaise du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat), et de l’U.N.A.C.A.C. (Union des Artisans de la Couture et des activités connexes).

« La vocation, c’est avoir pour métier sa passion. » Stendhal

Nos valeurs : le métier et l’artisanat d’art

Modernité et tradition

P1020152 v2L’artisan travaille avec ses mains, son esprit et son cœur : il est en apprentissage et recherche incessante des moyens et de la beauté, de l’élégance.

L’artisan est aussi un professionnel autonome qui maîtrise tous les actes et étapes nécessaires à une fabrication et l’exercice de son métier. En cela, il doit faire preuve de facultés conceptuelles afin de s’adapter à chaque commande unique. Cette capacité à dominer l’ensemble des tâches de son métier est aussi ce qui distingue l’artisanat par rapport à l’industrie qui fait prévaloir la division du travail.

Transmission, intemporalité

Créer pour durer, utiliser des matières et des techniques qui permettent de créer des vêtements pour qu’ils durent et soient transmis. La transmission c’est aussi acquérir les savoir-faire des couturiers qui nous ont précédés, les enrichir des techniques récentes et transmettre à nouveau aux futures générations.

« C’est peut-être chez les artisans qu’il faut aller chercher les preuves les plus admirables de la sagacité de l’esprit, de sa patience et de ses ressources ». Denis Diderot

Un métier fort de ses traditions

130118-couturière 18e site

En 1675, Louis XIV crée la corporation des couturières. Auparavant, il n’existait que des tailleurs, qui habillaient indistinctement hommes, femmes et enfants.

L’artisan couturier fait partie des métiers d’art. Le couturier comme le tailleur effectue un travail de service. Il travaille à partir de la pièce de tissu et conçoit le vêtement de A à Z.

Son savoir-faire lui permet de répondre à une clientèle en recherche de personnalisation et de confort : le vêtement créé devient une pièce unique, réalisée à la taille et à l’image désirée. Lors de la prise de mesure, une vingtaine de mesures sera relevée, à la façon d’un scan corporel.

Cette étape est enrichie par la coupe à plat et le moulage de la toile d’essai du modèle (le prototype). Tous les rendez-vous d’essayages et celui de la toile d’essai sont essentiels pour garantir l’esthétique et le bien-aller du vêtement qui sera coupé par la suite dans le tissu final.

Pour un service encore plus complet, le couturier pourra compléter la toilette par des accessoires et ornements textiles dans des tissus identiques ou assortis à la tenue. Il pourra aussi recourir aux talents d’artisans complémentaires.

« Je n’ai jamais suivi la mode. Ce sont les femmes qui ont dicté ma conduite. Je n’ai jamais pensé qu’à elles car je suis convaincu qu’elles ont plus de talent que n’importe quel styliste. Il faut connaître l’académie de leur corps pour les devancer dans leurs envies. » Azzedine Alaïa